Éditions Ligne continue, romans et thrillers, littérature et voyages

Éditions Ligne Continue

Voir le catalogue de 16 romans

Voir la version normale du site

Le Lac du Serpent

Le Lac du Serpent de Gil & Pivano aux Éditions Ligne Continue

de Gil & Pivano

Voir tous les romans de Gil & Pivano

Livre 20€   -   eBook 4,99€

Je m’appelle Jacques Fontaine. Mes amis canadiens m’appellent Jack. J’habite au Québec. Je suis revenu en France pour l’enterrement de mon père. En son hommage, je suis retourné sur les bords du lac du Serpent, près de la bergerie de mon enfance, là même où nous pêchions ensemble, tous les deux… Là-bas, un événement s’est produit. Quelque chose de terrible. Depuis, j’ai cette fille à mes basques et ces hommes à mes trousses… Dans quel bourbier ai-je mis les pieds ? Qui est cette jeune femme qui m’est tombée dessus et qui depuis me colle à la peau ? Quel horrible secret cache la supplique muette de son regard terrorisé et qui sont ces gens qui la poursuivent et semblent vouloir la récupérer à tout prix ? Je n’en ai pas la moindre idée. Tout ce que je sais, c’est qu’il a fallu fuir au plus vite pour tenter de vivre ou plutôt de survivre. Il a fallu aussi commencer à mentir… Enfin, c’est ce dont je me souviens mais je n’en suis plus très sûr. Tout est si confus dans ma tête. À moins que tout ceci ne soit juste qu’une histoire de faux-semblants…

Livre 20€   -   eBook 4,99€

Voir le catalogue de 16 romans

Photographie du voyage ayant inspiré le roman Le Lac du Serpent de Gil & Pivano

Voir les photographies du voyage ayant inspiré le roman

Le Lac du Serpent

Est-ce le contact glacé de ma joue sur le carrelage ou la douleur sourde au fond de mon crâne qui m’a brusquement tiré de ma torpeur ?
Au ras du sol, mon champ de vision est flou et rétréci, mais par instants j’arrive à distinguer la géométrie déformée de grandes dalles blanches et le liseré de mastic brun qui les relie entre elles.
Où suis-je ?
Je n’en ai pas la moindre idée.
J’essaye de puiser dans mes souvenirs afin d’y trouver une explication plausible, mais ma tête fonctionne au ralenti. J’ai du mal à garder les yeux ouverts. Mes paupières sont lourdes et les éclats de douleur qui zigzaguent dans mon cerveau, enrayent mon esprit. Mes pensées sont incohérentes et je ne sais pas ce que je fais ici.
Par moments, une brûlure insoutenable vient se loger dans le creux de mes orbites et pousse mes yeux hors de mon visage. Malgré moi, des gémissements se frayent avec peine un passage dans ma gorge endolorie et me reviennent en écho dans le silence oppressant.
Sur la surface lisse qui m’entoure, je distingue la trace translucide et verdâtre d’un escargot qui slalome entre les grains de poussière, les poils, les bouts de peau morte et les cheveux qui jonchent le sol.
Aucune trace pourtant du mollusque baladeur.
Soudain, je réalise avec horreur qu’il n’y a pas de gastéropode baveux : le seul qui bave ici, c’est moi !
Ma langue a triplé de volume et pend, droite et dure, comme un bout de bois entre mes lèvres sèches. J’aperçois sa présence incongrue quand je lorgne vers les carreaux. Je sens l’aigreur d’un flot de bile qui coule au coin de ma bouche, et une soif irrépressible me ronge le palais.
Je me tortille sur le ventre comme un ver nu et lisse. J’ai la désagréable impression d’avoir perdu mes membres. Non, en fait mes bras et mes jambes ne sont qu’entravés. À peine plus rassurant !
J’essaye de tourner la tête mais ma nuque est raide et une lumière crue, brûlant au plafond, m’oblige à fermer les yeux. Sur les parois roses et closes de mes paupières, je vois des ombres qui jouent à se poursuivre.
Avant d’être ici, je devais bien être ailleurs à faire quelque chose. Mais où et quoi ? Je vois mes parents : mon père, ma mère, ma sœur. Les images se brouillent. Cela paraît bizarre. Étais-je en train de pêcher ? Avec mon père ? Non, je pêchais seul, au bord d’un lac de montagne. Oui, ça me revient ! Avant d’être ici, je pêchais à la mouche dans les eaux glacées d’un lac près d’une bergerie…
Dans le silence, j’entends le cliquetis d’un trousseau de clefs qu’on agite, un verrou qui tourne et claque, une porte qui s’ouvre en grinçant, des pas qui s’avancent.
Tout mon corps me fait mal maintenant. J’ai des fourmis dans les jambes et le sang cogne à mes articulations là où mes liens ont été trop serrés. Ma tête est prête à exploser.
Les pas se rapprochent. Ils viennent vers moi.
Soudain, j’ai peur, là, allongé sur le sol, impuissant, pieds et poings liés. Je ne sais pas ce que l’on attend de moi. Je ne sais pas ce que l’on va me faire.
La bergerie ! Oui, j’en suis sûr à présent : je pêchais près de la bergerie lorsque quelque chose est arrivé. Est-ce pour cela que je suis ici, aussi vulnérable qu’un appât gesticulant au bout d’un hameçon, en attendant d’être gobé par un poisson vorace ?
Bientôt, ils seront là. Bientôt, mon corps et mon esprit s’offriront en pâture à leurs morsures de prédateurs affamés.
J’ai peur.
Les pas résonnent dans mon oreille collée sur le dallage.
J’ai peur car malgré les brumes qui flottent dans mon crâne, je sais que ces gens qui s’approchent, ne me veulent pas que du bien.
Un courant d’air frais s’infiltre par la porte ouverte.
« Le vent se lève ! Il faut tenter de vivre ! », écrivait le poète

Voir le catalogue de 16 romans

Photographie du voyage ayant inspiré le roman Le Lac du Serpent de Gil & Pivano

Voir les photographies du voyage ayant inspiré le roman

Livre 20€   -   eBook 4,99€

Pour nous contacter

CAPTCHA Image   

[ Cliquez ici pour voir une image différente ]